Search

Beannacht Éire!

Updated: Jun 25, 2019

Eh bien... voilà, ce sera le dernier billet d’Irlande, je rentre demain — mardi — à temps pour l’inauguration du nouveau pont Champlain bridge. Que dire...

Je suis sûr de n’avoir jamais vu autant de vert de toute ma vie!

De toutes les langues que jai croisées, le gaélique (d’Irlande ou d’Écosse, même combat) me semble compétionner pour le... Guinness de la langue la plus impossible du monde...

J’ai vu, naturellement, des milliards de fort belles choses — paysages, édifices, traces de culture, anciennes ou très récentes...

Eve P. et moi, on a eu, dans le temps, un étudiant (anglais) venu passer un trimestre en sciences des religions à l’UQAM, et qui portait le même nom que le doyen (au 18e siècle) de la cathédrale St. Patrick de Dublin, et auteur des Voyage de Gulliver: Jonathan Swift.

Je suis allé aux vêpres, aujourd’hui, à cette cathédrale St. Patrick, justement, et j’en ai profité pour y laisser une pensée, en mon nom et en celui de son plus proche ami, je crois, à la mémoire de celui qui a décidé de partir, ces jours derniers, et qui avait choisi l’Irlande comme premier pays visité en dehors de sa paroisse. On y a installé un «arbre des conflits», dans une petite chapelle dédiée aux victimes des guerres. Et c’est là qu’on peut laisser, sur un bout de papier en forme de feuille d'arbre, une pensée ou un souhait pour des proches. Et, de fait, la... vie EST une guerre, que nous ne gagnons pas toujours — contre nos peurs, nos lâchetés, nos violences, nos colères, nos frustrations, contre les blessures dont nous étions affligés avant même notre naissance.

And war never determines who’s right, only who’s left.

J’ai vu des torrents, des moutons, des montagnes qui, de loin, avaient l’air recouvertes de feutrine vert sombre;

j’ai foulé la Chaussée des Géants, circulé entre les pierres levées de Carrowmore, plus anciennes que les pyramides;

j’ai vu le roi et la reine des Pays-Bas, en visite officielle, sur un énorme paquebot de croisière hollandais, dans le petit port de Cobh — et Metallica, du moins... leur hélico, au dessus des falaises de Moher;

j’ai vu des vaches, des tourbières exploitées depuis l’âge de pierre (notamment pour chauffer les cahutes et donner un goût incomparable au whisk(e)y; j’ai même vu, au Musée archéologique, des... corps humains sacrifiés aux dieux — ou juste aux besoins réalpolitiques de quelque nouveau petit roi néolithique — et momifiés dans la tourbe jusqu’à ce qu’un coup de pelle les révèle au grand jour...

j’ai vu... UNE Sheela-na-gig — mais... je m’en suis expliqué, hier, je n’y reviens pas. J’en suis tout de même fort impressionné — et heureux...;

moi qui suis un des plus britanno-monarquophiles que je connais... j’ai haï encore plus l’épouvantable, inconsciente, arrogante et impardonnable cruauté de la noblesse et de la bourgeoisie anglaises par rapport à ce pays et à ses habitants, passés de 8 millions à 4, en quelques décennies à peine, parce que tout ce que l’Angleterre leur permettait de manger, c’était des patates — mais, au milieu du 19e siècle, un traître champignon en tua toutes les récoltes... Et, en même temps — divine ironie de l’histoire —, à cause de... ça, nous, Québec, nous sommes enrichis de milliers de Ryan, de Johnson, de McHugh — et de reels...

j’ai vu un monument superbement kitsch à la mémoire d’Oscar Wilde, qui s’en serait sûrement bidonné — tout en rappelant qu’il ne se serait JAMAIS habillé ainsi, tout de même, s’il avait su qu’il serait immortalisé dans cet accoutrement à Marrion Square;

j’ai vu des Irlandais déambuler dans les rues de Dublin pour célébrer Joyce, un dimanche de Bloomsday;

j’ai vu les murs de Derry — après avoir regardé avec délectation la série Netflix Les Filles de Derry;

j’ai vu les cicatrices de Belfast — et sa tentative... d’oublier en drainant le tourisme autour d’un Disneyland à la mémoire du Titanic, construit ici;

Je n’ai pas vu de fées, hélas, mais j’ai vu bien des sources auprès desquelles elles se tiennent; de même pour les leprechauns; mais j’ai au moins vu l’arc-en-ciel au pied duquel ils cachent, dit-on, leu chaudron d’or;

J’ai vu...

Mais... je suis sûr que vous savez que je pourrais continuer encore longtemps...

Je vous en fais grâce, pourtant: on s’en reparlera sûrement... :)


Dans une de ses plus belles chansons (à mon goût), «Pendant que les bateaux», Gilles Vigneault écrit:


Profond comme au large de l’île,

doux comme une aile d’istorlet,

loin comme l’Angleterre,

je t’aimerai...

...

et si tu veux que je me pende au grand hunier,

raconte-moi que tu as vu l’Irlande...


J’ai essayer de traduire ça à notre guide, Triona. Et elle m’a envoyé un courriel pour me dire que je m’étais sûrement trompé, que je n’avais certainement pas voulu dire:

... si tu veux que je me pende

mais plutôt: si tu ne veux PAS que je me pende...

Mais... non, lui ai-je répondu, c’est bien ça. La personne qui parle, dans la chanson, et qui s’adresse à quelque amoureux/se, est... jalouse/envieuse à ce point de... qui a vu l’irlande...

:)


Beannacht, tout le monde — à bientôt!


g.




17 views1 comment
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon