Mousse au chocolat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La mousse au chocolat fait parti des desserts que tout le monde aime — à peu près sans exception — est connue depuis que des religieuses espagnoles, dans le Mexique du 16e siècle, eurent la géniale idée d’édulcorer au sucre ou au miel le cacao que les conquistadors trouvaient trop amer. Christophe Colomb, dit-on, jeta par dessus bord les sacs de précieux grains que les Indiens lui avaient gentiment offerts, les confondant (mais ce ne fut pas, on le sait, la seule confusion de sa vie) avec des crottes de biques. Aïe, aïe, caramba...

Il en existe bien des recettes, certaines plus compliquées que d’autres. En voici une assez simple, qui devrait ravir vos convives. Celle-ci devrait donner de 4 à 6 ramequins, selon leur taille. Ne prévoyez quand même pas de trop grosses portions, à la fin d’un copieux repas : ce dessert n’est pas ce qu’il y a de plus léger !

 

Temps de préparation : 15 min

 

Temps de cuisson : 5 min

 

Temps de refroidissement : 2 h 

 

Portions : 6

 

Ingrédients

- 125g (plus ou moins : on trouve des tablettes à 100, 125, 150 g) de chocolat haché en petits morceaux, selon vote goût : noir, mi-noir, au lait

- 50g  de beurre doux (non salé)

- 2 jaunes d’œuf

- 375 ml (1 1/2 tasse) de crème 35 %

- quelques gouttes d’extrait de vanille (facultatif)

- des copeaux de chocolat (prélevés à l’économe) pour la décoration (facultatif)

 

Préparation

Faire fondre le chocolat et le beurre au bain-marie, c’est-à-dire dans une casserole, ou un cul de poule, au-dessus d’une autre casserole d’eau bouillante. Une fois le tout fondu, retirer du feu et incorporer les jaunes d’œuf en remuant bien, avec une cuiller de bois ou un fouet, de manière à rendre le mélange homogène. Laisser refroidir au comptoir une bonne demi-heure.

 

Pendant ce temps, battre en chantilly la crème à fouetter (rehaussée de la vanille et additionnée d’un peu de sucre, mais ce n’est pas absolument indispensable) jusqu’à ce qu’elle forme de belles vagues comme les dunes du Sahara — ou plus exactement, vu la couleur, de la terre de Baffin en hiver.

 

Une fois le mélange chocolat-jaunes d’œuf tiédi, incorporer — délicatement ! —, à la spatule, la chantilly au mélange. Il s’agit en fait de plier plus que de touiller le mélange, c’est-à-dire de rendre celui-ci lisse et homogène au moyen d’un mouvement de rotation de la spatule à partir du bord du bol vers son centre, un peu comme s’il s’agissait de faire avancer un cerceau ou de faire tourner une roue de vélo. Ce mouvement a pour but d’incorporer le plus de bulles d’air possible dans la préparation afin de rendre celle-ci plus légère, en évitant que la crème la crème fouettée ne s’écroule de découragement.

 

Une fois le pliage terminé, remplir de petits ramequins et les laisser quelques heures au frigo après en avoir saupoudré la surface, si on le souhaite, de copeaux de chocolats. Les en sortir un peu avant de servir.

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon