Potage de patate douce au cari

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous vous êtes souvent demandé ce qu’on pouvait bien faire avec ces grosses patates douces à la chair parfois blanchâtre et parfois orangée que l’on trouve assez souvent, discrètes et peu démonstratives, dans les épiceries et les fruiteries? Eh bien, voici la recette — simple — d’un fort agréable potage qui vous ravira le palais tout en étonnant vos amis.

Choisissez tout d’abord trois ou quatre de ces patates douces, selon leur grosseur, que vous pèlerez et découperez en petits cubes (c’est plus rapide à cuire) avant de les mettre à bouillir jusqu’à ce que la chair en soit tendre. Ne jetez pas l’eau de cuisson: vous la récupérerez pour préparer le potage.

Vous passez alors vos cubes de patates douces au mélangeur, avec une partie du liquide de cuisson. Faites-le en deux ou trois fois, s’il y en a trop pour le mélangeur. Mixer jusqu’à la consistance souhaitée — le potage peut être plus ou moins clair ou épais, au goût. Profitez-en aussi, bien sûr, pour assaisonner: une pincée de sel (n’oubliez pas que c’est toujours plus facile d’en ajouter par la suite que d’en enlever!), quelques coups de moulin à poivre, quelques bonnes pincées de poudre de cari (curry). Combien? Le plus sage est sans doute d’y aller mollo, et de goûter au fur et à mesure. Pour un potage plus relevé, ajoutez quelques gouttes de Tabasco, par exemple — mais très peu, hein: c’est de la dynamite liquide!

La première fois que j’ai essayé cette recette, j’étais tombé sans m’en rendre compte sur des patates douces à chair blanchâtre. Le résultat était, de ce fait, un peu plus fade que celui qu’on obtient à partir de patates à chair orangée. J’avais tout de même réussi à donner un peu plus de couleur au potage en ajoutant quelques bonnes grosses pincées de paprika doux moulu et de curcuma — qui donne du teint sans vraiment changer le goût — mais tout en vous protégeant — c'est ce qu'on dit, en tout cas, de nos jours, dans les internats de la santé — de toutes les maladies possibles et imaginables. Mais voici d’ailleurs, à cet égard, et à partir d’une base somme toute fort simple, une recette parfaite pour tester votre imagination culinaire en ce qui concerne l’assaisonnement, la texture et la couleur...

Servez ce potage très chaud dans des assiettes à soupe creuses et parsemez-y du persil haché. Je ne l’ai encore jamais essayé froid mais je soupçonne que ça ne devrait pas du tout être détestable, par les beaux soirs d’été...

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon