Salade de cervelas... avec ou sans cervelas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La salade de cervelas est un grand classique de la cuisine alsacienne paysanne ou des menus de winstubs. Le problème, c’est qu’on trouve difficilement, au Québec, cette espèce de saucisson cuit gros, rougeâtre et assez court. On peut heureusement assez bien le remplacer par du saucisson de Bologne (avec ou sans ail), ce modeste... «classique» de la cuisine québécoise populaire, ou encore par de la mortadelle, qui en est une version un peu plus sémantiquement Petite-Italie ou Plateau Mont-Royal.

Il suffit de découper en petits cubes un ou deux cervelas, une belle grosse tranche de saucisson de Bologne ou de mortadelle, que l’on joint à des cubes de fromage (gruyère, emmental ou cheddar) sur un lit de laitues de votre choix, le tout accompagné d’une vinaigrette de votre confection. Plus un oignon moyen finement haché sur le tout, et quelques quartiers d’œufs durs, si vous le souhaitez.

N’allez surtout pas noyer cette vaillante salade sous les averses d’une bête vinaigrette commerciale alors qu’il est si simple d’en réussir une vous-même à partir de bon vinaigre (de vin ou de cidre, dans une proportion d’environ 1/4) et d’huile d’olive (3/4). Une toute petite quantité de moutarde de Dijon (ou de moutarde à l’ancienne, aux graines non broyées), une pincée de sel et quelques coups de moulin à poivre, une pincée d’herbes de Provence: touillez le tout pour bien homogénéiser, laissez reposer un moment pour que les herbes (sèches) se ramollissent.

Ça y est. Vous avez un plat à la fois léger et consistant pour un dîner ou un souper de soir où vous n’avez pas vraiment envie de sortir les casseroles. Et si vous y ajoutez quelques belles tranches de pain convenable, eh bien... pensez-y: vous aurez aussi réuni les quatre groupes du Guide alimentaire canadien!

  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon