Search

Falaises

Updated: Jun 25, 2019

Une journée du genre de celles où les cartes postales d’irlande ont été photographiées: juste assez de jolis cumulus rubiconds et fluffy pour donner un peu de compagnie à un ciel du plus beau bleu Pantone... Ai-je l’air de me plaindre? En plus, c’était journée de changement de la garde, aujourd’hui — plus exactement, de chauffeur-guide. Je pensais que nous perdrions trois joueurs et que nous en récupérerions trois. Ce fut plus compliqué: en fait, il y a DEUX minibus de l’entreprise qui font ce segment du voyage. Et, pour quelque raison que j’ignore, on m’a dumpé, ainsi qu’un couple de Washington (le monsieur a 92 ans, ai-je appris, et si c’est sa femme qui l’accompagne, elle est beaucoup plus jeune que lui!), dans un minibus où nous complétions le nombre. Mais ce fut mon jour de chance. D’abord, une chauffeure-guide selon mon cœur — allumée, drôle, cool, diplomate, et qui, en une heure, a donné plus d’explications sur le gaélique (entre autres choses) que le beauf d’avant en 6 jours. Et qui avait déjà entendu parler de Sheela. Ensuite, j’ai évité un autre sergent retraité de la police d’Irlande — chauffeur de l’autre minibus! Il y a un bon Dieu pour les chiâleux...

Puis, je me suis retrouvé — parmi les derniers à monter dans le bus, ce matin — à «mon» ancienne place à l’arrière. Puis est arrivée une famille sur-carolinienne — papa ours, maman ourse, grande fille oursonne et ado bear, genre 14 ans, 6 pieds 2, et, déjà, des jambes de patineur de vitesse ou de skieur de fond. Mais parlable, drôle, bien élevé, et hyper sociable! Nous avons tous très vite tchommé. Et lorsque la Triona-en-cheffe a insisté — par deux fois: elle, elle prenait ça vraiment au sérieux — sur le changement de places par équité, notre mini équipe de 5 a dit: non non, si c’est OK pour les autres, nous, on aime ça, ici! Don acte — une chose de réglée pour le reste du voyage. En plus, maman ourse me confiait que, du bord de son père, elle était une Trueheart. Des Trueheart de Lowell, Mass. — venu du «Canada» au début du 20e siècle pour échapper à la misère, sous le nom de... Francœur.

Bonbonbonbon... Mais... comme on chante dans le temps de Nowell: Qu’as-tu vu bergère...?!

D’abord, une autre tombe, l’une des plus vieilles d’Irlande, sous forme de dolmen fort bien conservé — et exhumé récemment par... l’érosion des sols...

Puis les ruines — tellement romantiques qu’on les croirait construites à l’époque victorienne! Mais non, apparemment authentiques 12e — je vais essayer d’envoyer quelques photos dans un mini billet visuel.

Ensuite, les falaises de Moher, haut-lieu touristique de la côte ouest de l’Irlande — qui le mérite, cela dit — et qui, me confiait-elle, rappelait la Gaspésie à l’une de mes nouvelles compagnes de voyage.

Puis, dans le comté de Clare (nous étions partis ce matin du comté de Galway, pour aboutir ce soir, après une longue journe de route, dans celui de Kerry — une sorte de Saguenay, si j'ai bien compris, et qu’en tout cas, ses autochtones appellent «le royaume».

Traversé une région de ce comté d’allure assez... lunaire: dela roche de la roche, de la roche... Cromwell, leader de la Révolution anglaise, au 17e siècle, avait la réputation de passer ses journées à détester les Irlandais, se réveillant la nuit pour haïr les catholiques. Lorsqu’il envahit l’Irlande, cela... craignit. Il essaya en fait de parquer le plus d’irlandais possible sur ces terres arides et désolées, que Dieu lui-même eut hésité à donner à Caïn. Cromwell, malgré son cœur... de pierre, avait au moins, au sujet de la région, cette formule assez saisissante: «not enough water to drown a man, not enough tree to hang him, et not enough earth to bury him.» Ça donne, ma foi, une idée assez précise du coin.

Cromwell est mort, si ma mémoire est fidèle, d’un calcul de la vessie. Qui sévit par la pierre périt parfois par le caillou.


7 views
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon