(Lune des vents)

 

SUD

 

au milieu des astres,

stoïque, la lune attend,

tel un cochonnet

 

nuits de candomblé,

quand les anciens dieux des nègres 

se mettent à danser

 

tout au bout du monde,

là où la pampa épouse            

la mer antarctique

 

au sud du désert,

l’or de la forêt s’échange

contre le sel gris

 

les grands baleiniers,

leurs voiles tels des linceuls,

autour du cap Horn

 

leurs ébats mimaient

les lascifs hiéroglyphes

de Khajurao

 

Centre-Sud, minuit ;

travestie en réverbère,

la lune tapine

 

il se languissait

comme un cajun nostalgique

loin de son bayou

 

un vieux mas tout rose,

entre les champs de lavande

et les oliviers

 

sexe et mort flirtaient ;

des ragazzi jouaient sur

la plage d’Ostie

 

l’Étoile polaire,

transie, avait le béguin

pour la Croix du Sud

 

 

fleurs du Centre-Sud,

poussant entre les seringues,

et les vieux condoms

 

le soleil frappait ;

les cigales crépitaient ;

Aix faisait la sieste

 

d’une église blanche

jaillissait l’humble prière

de gospelsravis

 

un troupeau d’oryx,

à l’horizon de la brousse,

traverse la lune

 

il se prenait pour

l’Apollon du Belvédère

en bugatti verte

 

un flacon de rhum,

un hamac, des palmiers ; sous

les clichés, la plage

 

on dirait la neige ;

ce sont les grandes oies blanches

filant vers le sud

 

César rigolait ;

Escartefigue gloussait ;

Panisse trichait                      

 

là où le Nil bleu

gruge la terre abyssine

pour nourrir l’Égypte

 

la lune, à - 20 °,

rêvait de longues vacances

au Costa-Rica

 

l’enfant bochiman

s’excusait à la gazelle

de l’avoir tuée

 

sur la Rive Sud

— c’est-à-dire nulle part,

dans un bungalow

 

la mort aux yeux bleus,

dans son maillot rouge et blanc,

toisait Aschenbach

 

Memphis, en Égypte :

cent rois ; Memphis, Tennessee :

toujours un seul king

 

le ciel vire au mauve ;

même pour le soleil c’est

l’heure du pastis

 

Valjean se jurait

de s’échapper un jour du

bagne de Toulon 

 

le bel andalou

rendait les femmes jalouses

et les hommes fous

 

sur les longues claies

sèche au soleil d’août l’or rouge

de San Marzano

 

l’œuf et la moutarde,

l’ail, l’huile en filet ; on touille :

voici l’aïoli

 

basilic, pignons,

parmesan, ail, huile vierge :

voilà le pesto

 

dans les mers du sud,

quelque part entre Gauguin

et Romain Gary

 

avant Cro-Magnon,

quand Lucy et ses amants

flirtaient en Afrique    

 

l’eau, dans la baignoire,

là-bas, sous l’équateur, elle

se vide à l’envers

Nationale 7,

autoroute des vacances,

du temps de Trenet

 

ils applaudissaient

comme un charter surbooké

de tabarnakos

 

du Sud, ils aimaient

Ibizza et le chic fou

du Paris-Dakar

 

le coup est critique ;

sur le Vieux Port, on s’énerve :

« Tu tires ou tu pointes ? »

 

tel un vieux gaucho

libre comme un empereur

de Patagonie

 

il pleuvait, bien sûr :

j’arrivais en gare de

Bruxelles-Midi

 

le mistral sévit ;

le sirocco se déchaîne ; 

le sud perd le nord

 

il avait le nez

que l’on prête aux anciens dieux

de l’Île de Pâques

 

le Christ, à Rio,

attend, pour applaudir, qu’ils

se mettent à bosser

 

un bar un peu glauque,

pas du tout Plateau, au sud

de Sherbrooke. Tu vois ?

 

le vieux pêcheur grec

avait pris dans ses filets

un dieu vert-de-gris

 

ils se gèlent à l’ice

pendant que leurs vieux carburent 

au Ricard sur glace

 

haïkus  © G. Ménard

illustration © R. Turgeon

Nord    Sud    Est    Ouest

Retour à la section des publications

sceausmalltxtsmaller.gif
  • Black Facebook Icon
  • Black LinkedIn Icon
  • Black Twitter Icon
  • Black YouTube Icon